Bô et Jô

Nom : Bô et Jô

Type : Octodon gris et blanc et octodon agouti

Sexe : Mâles

Date de Naissance : 01/2018

Identification : à venir

Ententes : Bô et Jô sont habitués aux chats, ils peuvent s’habituer à un humain mais chaque humain doit prendre le temps de les apprivoiser.

Santé : Bô a la queue cassée ce qui n’est pas un handicap pour lui. Etant deux mâles, ils ne sont pas castrés du fait des risques que représente la chirurgie chez les NACs, mais l’adoptant s’engagera à les faire stériliser s’il venait à les faire cohabiter avec une (ou plusieurs) femelle. Reproduction interdite.

Frais d’adoption : 250€

Description : Bô et Jô forment un petit binôme soudé qui cohabite harmonieusement depuis deux ans. Les octodons étant des animaux grégaires, ils partiront vers leur nouveau foyer ensemble.

Bô est le « sportif », celui qui passe le plus de temps à courir dans sa roue, qui prend les friandises (graines de courge, de chanvre, racine de pissenlits, foin de crau…) une à une pour aller les planquer de l’appétit vorace de son frangin après en avoir grignoté quelques une dans la main. C’est lui qui comprend le plus rapidement les petits signes que je peux faire, qui décrypte aussi mes habitudes et qui a compris que ronger les barreaux de la cage me faisait entrer en relation avec lui. Bô c’est aussi le « rongeur » de la tribu. Bois, installations, barreaux… Les octodons sont de grands rongeurs, et peu de chose leur résiste. C’est pour cette raison que la cage est en métal et que l’ensemble des éléments à l’intérieur est en bois pour leur permettre de s’adonner à cette activité sans risque.

Jô c’est le téméraire du duo, lui qui vient le plus rapidement après avoir été surpris par les bruits de l’extérieur ou le chien qui passe (Les octodons sont dans la nature des proies et vivent la majeur partie du temps dans des terriers pour se protéger. Ils gardent ce côté prudent de leur espèce. Un environnement calme, des mouvements lents sont nécessaire pour ne pas les effrayer). Il explore volontiers les espaces auxquels on lui donne accès, vérifie les nouveautés amenées dans la cage, fouille dans les cartons et goûte à tout ce qu’il trouve sur son passage. C’est aussi le glouton du groupe ! Tendez la main avec des friandises, il en prendra autant qu’il peut en mettre dans sa bouche et ses pattes avant et partira les dévorer derrière une roue ou dans une planque… le matin à la distribution des gamelles il arrive en courant et rouspète tout ce qu’il peut si son frangin approche trop près de sa nourriture ou sur ma main quand je remets des choses dans la gamelle alors qu’il y est. (les conflits autour de la nourriture peuvent être fréquent, il est donc recommandé d’avoir une gamelle par octodon, ainsi que pour les biberons, les roues, les lieux de couchage… ). Une fois repu, il part enterrer tout ce qui peut rester pour plus tard. (les octodons creusent, ils ont un grand bac sous la cage avec une litière dans laquelle ils peuvent planquer plein de chose).

Bô et Jô avaient une relation très proche avec leur ancien gardien, ils se laissaient manipuler et appréciaient les caresses. Le changement de lieu, de personne a été dur pour eux et nous avons avec beaucoup de patience et de douceur fait d’immenses progrès dans notre approche. Ils ne se cachent plus lors de mes passages, viennent manger et s’installer pour grignoter dans mes mains, m’escaladent lors des sorties en liberté (les octodons ont besoin de pouvoir explorer et bouger, ils sont vifs et curieux de nature. Ils sont habitués à avoir une heure de liberté chaque jour. C’est un équilibre important pour une relation harmonieuse entre eux, même si leur cage peut sembler grande, cela ne suffit pas, ça reste une cage), et commencent même à répondre à certains de mes gestes. Chaque jours ils gagnent un peu plus en confiance.

Bô et Jô partiront avec leur cage et tous ses aménagements, et le restant de leur nourriture pour faciliter au plus le changement d’environnement.

Bô et Jô sont en accueil à Rouen (Seine Maritime).


Bô et Jô en vidéo :